90 day challenge, Auteur masculin, Avis lecture, best-of-sf, Book Review, Chronique livresque, Denoël, Gallimard, Les Tours de Samarante, Littérature française, Littératures de l'imaginaire, Lunes d'encre, Norbert Merjagnan, Paralittérature, SF

Book Review: Les Tours de Samarante, Norbert Merjagnan

MERJAGNAN, Norbert, Les Tours de Samarante, Paris, Denoël, coll. « Lunes d’encre », 2008, 320 p.
MERJAGNAN, Norbert, Les Tours de Samarante, Paris, Denoël, coll. « Lunes d’encre », 2008, 320 p.

Titre: Les Tours de Samarante

Auteur: Merjagnan, Norbert

Genre: Science-fiction

Rating: 4 étoiles ; 8/10

Langue originale: Français

Édition originale: Denoël, coll. « Lunes d’encre », 2008

Réédition: Gallimard, coll. « Folio SF », 2011

Description: Autour de la cité de Samarante, sur laquelle veillent six tours mystérieuses, s’étend l’aliène, une étendue sauvage, aride, inhospitalière. Au cœur de la ville vivent Cinabre, une préfigurée aux pouvoirs effrayants, bientôt poursuivie par les tueurs de l’Endocène, et Triple A, qui rêve d’escalader les tours. C’est vers eux, sans le savoir, que se dirige Oshagan, le grand guerrier, porteur de la plus puissante des armes, une forme de guerre disparue depuis mille ans. Quand ces trois êtres entreront en collision, alors trembleront les tours de Samarante.


Les Tours de Samarante est le premier roman de l’auteur français Norbert Merjagnan et sa qualité lui promet un bel avenir.

Une plume qui rappelle celle de China Miéville

Bien qu’il s’agisse d’un roman clairement SF contrairement à Perdido Street Station [review], la plume de Norbert Merjagnan m’a rappelé celle de China Miéville dans sa façon de distiller une atmosphère particulière à l’évocation de l’univers qu’il a créé. Certes, c’est un compliment, mais il faut toutefois noter que Merjagnan est loin d’égaler son confrère en la matière.

Un univers plein de potentiel

Donc, un univers fascinant qui nous est présenté ici, bien que très sobre dans le genre. Le point fort du livre, bien que sous-exploité à mon avis. Le décor où prend place ce récit est indubitablement bourré de potentiel, mais l’auteur évoque plus qu’il n’approfondit et nous laisse sur notre faim avec l’envie de toujours en savoir davantage.

Des protagonistes intéressants, mais…

MERJAGNAN, Norbert, Les Tours de Samarante, Paris, Gallimard, coll. « Folio SF », 2011, 400 p.
MERJAGNAN, Norbert, Les Tours de Samarante, Paris, Gallimard, coll. « Folio SF », 2011, 400 p.

Les trois personnages principaux sont intéressants pour des raisons différentes, même si Oshagan perd un peu de son intérêt au fil du roman. Ce dernier a une histoire tout ce qui a de plus classique (sa famille assassinée, il veut se venger) et c’est d’ailleurs autour de lui que tourne essentiellement l’intrigue. Plus on progresse dans les pages, plus il prend de l’importance et on réalise alors qu’il est tout à fait commun. C’est un guerrier qui s’est exilé, pas très bavard, qui donne lieu à des scènes de combat pas toujours très réalistes.

Cinabre, quant à elle, est intrigante davantage pour ce qu’elle est – une préfigurée – que pour sa personnalité. En effet, son caractère se révèle un peu fade, mais le mystère qui l’entoure, ses origines, et les particularités qui font d’elle une préfigurée, nous captive suffisamment pour qu’on oublie sa relative banalité.

Triple A est mon préféré, mais malheureusement celui qu’on voit le moins. Il vit le récit loin du tumulte qui accapare Oshagan et Cinabre. C’est un petit garçon dont l’esprit a été transféré dans un robot. Il est devenu ainsi une gorgone, mais voilà qu’il débloque avec sa fascination pour d’étranges fresques murales. Très intéressant, mais on se demande au final s’il était concrètement nécessaire à la progression de l’histoire.

Un bon roman au potentiel pas complètement abouti

Plein de bonnes idées qui manquent d’aboutissement, c’est ce qui ressort de ma lecture des Tours de Samarante. Par exemple, je pense aux armes climatiques, qu’on regrette de ne pas voir à l’œuvre davantage. De plus, le dernier quart du roman, sans être décevant, est clairement au-dessous du reste. Au bout du compte cependant, on en sort avec une impression largement positive, car les défauts du livre sont assez bénins. Un premier roman excellent.


ARTICLES LIÉS

Book Review: Le goût de l'immortalité, Catherine Dufour
Book Review: Le goût de l’immortalité, Catherine Dufour
Book Review: Perdido Street Station, China Miéville
Book Review: Perdido Street Station, China Miéville
Book Review: Suprématie, Laurent McAllister
Book Review: Suprématie, Laurent McAllister

2 réflexions au sujet de “Book Review: Les Tours de Samarante, Norbert Merjagnan”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s