90 day challenge, Alire, Auteur masculin, Avis lecture, best-of-sf, Book Review, Chronique livresque, Jean-Louis Trudel, Laurent McAllister, Littérature québécoise, Littératures de l'imaginaire, Nouvelles (short stories), Paralittérature, Rating 4 étoiles, SF, Yves Meynard

Book Review: Les Leçons de la cruauté, Laurent McAllister

McALLISTER, Laurent, Les Leçons de la cruauté, Lévis, Alire, 2009, 243 p. Avis lecture sur lilitherature.com.
McALLISTER, Laurent, Les Leçons de la cruauté, Lévis, Alire, 2009, 243 p.

Titre: Les Leçons de la cruauté

Auteur: McAllister, Laurent (Meynard, Yves & Trudel, Jean-Louis)

Genre: Science-fiction, recueil de nouvelles

Rating: 4 étoiles ; 8/10

Édition: Alire, 2009

Description: Ils étaient venus à bord d’un vaisseau pour ensemencer cette nouvelle Terre, mais ils ne pouvaient savoir que la planète était immunisée contre les invasions. Et pendant des générations, le combat pour la survie a été sans merci…

Kapuzine demeure dans une jolie banlieue stérile. Or, elle va devoir s’aventurer dans la terrifiante ville redevenue forêt pour y rencontrer un Bûcheron. Mais pour ce faire, il lui faudra éviter les Dogues, les Renards et les Loups…

Richard a confié l’éducation de ses filles au pierrot d’une école privée. La poupée-robot devra tout leur montrer, et plus particulièrement à combattre et à se défendre. Avec ou sans arme. Car le monde des adultes en cette fin de siècle n’est pas de tout repos, parlez-en à Richard !


Valyr fixa le soleil, ses cornées s’adaptant aussitôt en s’obscurcissant. Il n’y avait pas un nuage pour voiler l’éclat intense de Donnez-Lui-Un-Nom. La mer, mitraillée par les rayons du soleil, était rouge comme du vieux sang, ensanglantée par une soupe de microbes qui pouvaient tuer en cinq minutes si on avait le malheur d’en avaler plus d’une gorgée…

Kapuzine et les Loups : une légende dorée

Ici, on a droit à un court récit à l’univers très intéressant. En effet, on aimerait en savoir davantage sur ce monde où la verdure est répugnée par certains, alors que les ruines et le béton sont la beauté même à leurs yeux.

Sinon, il faut noter que la nouvelle est une sorte d’adaptation futuriste du Petit Chaperon rouge. Ainsi, une petite fille (Kapuzine), avec l’excuse de se rendre chez sa grand-mère (munie d’un panier de victuailles bien sûr), cherche à rejoindre les Bûcherons, une organisation qui combat le régime des Loups.

Plein de belles images, Kapuzine et les Loups : une légende dorée est une réussite, avec une fin attendue, mais néanmoins touchante.

Le pierrot diffracté

Une réalité beaucoup plus dure, plus cruelle que celle de Kapuzine, car moins fantasmée, moins hypothétique. En effet, même si notre monde est encore loin de l’image qu’en présente McAllister dans son futur, il n’en demeure pas moins possible en quelques sortes.

La véritable force du récit réside dans l’escalade de sa cruauté. Ainsi, le tout est orchestré avec brio, l’univers dépeint dévoilant toute son atrocité par petites touches jusqu’à atteindre son paroxysme.

Encore meilleure que Kapuzine, cette histoire frappe là où ça fait mal, juste comme il faut.

En sol brûlant

Un univers qui mérite le coup d’œil encore une fois, mais trop classique pour complètement emporter ma faveur. Il en va de même pour les autres aspects de l’histoire. Tout a de l’intérêt, mais il manque un petit quelque chose. Le récit le moins puissant du recueil selon moi, mais étant donné la qualité de ce dernier, ce n’est rien de très grave.

Le Cas du feuilleton De Québec à la Lune, par Veritatus

Un petit morceau de (fausse) histoire de la SF québécoise qui n’est pas inintéressant, mais qui détonne avec le reste du recueil. L’intérêt du texte réside dans sa forme: un faux article SF qui mimique bien le style vieillot. L’ironie repose sur le fait que le pseudo-article se présente comme écrit par Veritatus (vérité) alors qu’il s’agit d’un mensonge d’un bout à l’autre.

Sur la plage des épaves

Une histoire tout à fait différente des précédentes, qui n’a rien de la violence de Kapuzine, Le Pierrot ou Sol brûlant mais qui n’en demeure pas moins cruelle, sinon davantage.

Outre notre curiosité pour l’évolution constante de la colonie en elle-même, on sera touché par l’atmosphère mélancolique qui baigne le tout; touché par l’aveuglement de la Première Génération qui cache leur désespoir derrière leur ardeur au travail; touché par le destin qui n’a rien de bon à leur offrir pour le futur; touché par la fin si abominablement logique.

De la « science-fiction lyrique »

En conclusion, un recueil excellent, qui donne envie de lire davantage de nouvelles. Le style d’écriture de Laurent McAllister, parfait pour ce que j’appelle de la « science-fiction lyrique », est d’un esthétisme terriblement efficace.


ARTICLES LIÉS

Book Review: Suprématie, Laurent McAllister
Book Review: Suprématie, Laurent McAllister
Book Review: L’Enfant des Mondes Assoupis, Yves Meynard
Book Review: L’Enfant des Mondes Assoupis, Yves Meynard
Book Review: Les Voyageurs malgré eux, Élisabeth Vonarburg
Book Review: Les Voyageurs malgré eux, Élisabeth Vonarburg

1 réflexion au sujet de “Book Review: Les Leçons de la cruauté, Laurent McAllister”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s