DEMERS, Dominique, Ta voix dans la nuit, Montréal, Québec Amérique, coll. « Titan », 2001, 217 p. Avis lecture sur lilitherature.com.
Auteure femme, Avis lecture, Contemporain, Dominique Demers, Littérature jeunesse, Littérature québécoise, Québec Amérique, Rating 2 étoiles, Ta voix dans la nuit

Avis lecture: Ta voix dans la nuit, Dominique Demers

DEMERS, Dominique, Ta voix dans la nuit, Montréal, Québec Amérique, coll. « Titan », 2001, 217 p.
DEMERS, Dominique, Ta voix dans la nuit, Montréal, Québec Amérique, coll. « Titan », 2001, 217 p.

Titre: Ta vois dans la nuit

Auteure: Demers, Dominique

Genre: Romance, littérature jeunesse

Rating: 2 étoiles ; 4/10

Langue originale: Français

Édition: Québec Amérique, 2001

Description: Rien n’est facile lorsqu’on arrive dans une nouvelle école. Bien souvent, on est perçu comme un intrus. C’est le cas de Fanny Dubois, qui, par son caractère décidé, s’avère une menace pour Maryse Gagnon et son petit groupe d’étudiants qui font la loi dans l’école. Heureusement pour Fanny, il y a Benoît, l’ami fidèle qui préfère les garçons, et le beau Gabriel Vallée, avec qui Fanny correspond sur Internet sans le savoir. Une chance qu’il y a aussi le théâtre. L’école monte la pièce Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand cette année et Fanny tente sa chance pour l’obtention d’un rôle. Entre les conspirations du clan de Maryse, les lettres à sa petite chatte espagnole disparue Poutine et les relations en montagnes russes avec Gabriel, Fanny essaie tant bien que mal de garder la tête haute et de faire face à son destin avec courage et détermination.


Un roman pour les pré-adolescents

Ta voix dans la nuit est une romance destinée aux jeunes adolescents par l’auteure québécoise Dominique Demers. L’auteure comprend plutôt bien la dynamique qui anime les étudiants, bien qu’elle exagère parfois. Elle décrit bien « l’effet mouton » qui pousse les gens à se taire par peur d’apparaître niaiseux aux yeux d’autrui, voulant à tout prix trouver leur place; le phénomène d’intimidation et la méchanceté des jeunes mal dans leur peau, complexés par leurs propres craintes.

Une héroïne solide

De plus, Fanny Dubois, héroïne du récit, est de mon avis un excellent modèle pour les jeunes filles. Forte et fragile à la fois, indépendante, farouche, passionnée, elle démontre une volonté de fer, une intégrité que peu démontrent à son âge, tout en conservant des traits typiquement adolescents dans sa manière de s’apitoyer et de décrire ses sentiments. Un personnage principal intelligent, loin des têtes folles qui se laissent porter par l’opinion générale.

Des personnages secondaires caricaturaux

Malheureusement, les autres protagonistes ne sont pas aussi réussis. Gabriel Vallée, le prétendant de Fanny, est le énième clone du preux chevalier modernisé à la sauce des comédies romantiques jeunesses: plus beau gars de l’école, meilleur sportif, pas très loquace, horriblement naïf, imbécilement aveugle, ennuyeusement passif et pathétiquement pas de couilles. Bon, suivant cette description, je crois que vous aurez compris que ce cliché qui séduit la plupart des filles est loin de fonctionner en ce qui me concerne. Ensuite, il y a bien entendu la méchante attitrée, pour laquelle on pourrait peut-être avoir de l’empathie si son histoire n’était pas si banale et si elle ne sonnait pas si faux. Effectivement, l’auteure, dans le but de souligner la grande malveillance de Maryse Gagnon, en fait trop, si bien que cette ennemie a des airs de mauvaise comédienne. Quant à Benoit, il fait ni chaud ni froid, car plutôt insignifiant.

Le véritable héros : Cyrano

Mais le véritable intérêt de ce roman, c’est sa présentation de la célèbre pièce de théâtre Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand. Le livre se présente comme une belle introduction à l’œuvre, mais surtout au personnage de Cyrano lui-même, car plusieurs passages nous font profiter de citations. J’apprécie les parallèles.

Pas ma tasse de thé

Un roman pour pré-adolescents tout à fait okay, qui perd des points dans mon cas parce que 1) je ne suis pas le public cible et surtout 2) il n’est pas mon genre.


ARTICLES LIÉS

Avis lecture: Les voleurs d'espoir (Les voleurs, 1), André Marois
Avis lecture: Les voleurs d’espoir (Les voleurs, 1), André Marois
Avis lecture: Mélamine Blues, François Gravel
Avis lecture: Mélamine Blues, François Gravel
Avis lecture: Échecs amoureux et autres niaiseries, Matthieu Simard
Avis lecture: Échecs amoureux et autres niaiseries, Matthieu Simard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s