Albin Michel, Alire, best-of-fantasy, Blanche Neige et les lance-missiles, Book Serie: Bas-Lag, Book Serie: Quand les Dieux buvaient, Book Serie: Récits du Vieux Royaume, Catherine Dufour, China Miéville, Chrysanthe: La Princesse perdue, Fantasy, Féerie pour les ténèbres, Gagner la guerre, Jérôme Noirez, Jean-Philippe Jaworski, L'ivresse des providers, Le Bélial, Le carnaval des abîmes, Le sacre des orties, Les Moutons électriques, Les Scarifiés (The Scar), Littératures de l'imaginaire, Merlin l'ange chanteur, Nestivequen, Perdido Street Station, Pocket, Recommandation, Yves Meynard

Idées cadeaux lecture : Quels livres de fantasy offrir?

Le Noël à venir est l’occasion de faire quelques recommandations lecture, ici en ce qui concerne le genre de la fantasy. Voici donc quelques idées cadeaux.

Idées cadeaux lecture : Quels livres de fantasy offrir?

Quel livre récent (et donc qu’il ou elle n’a probablement pas encore lu) offrir à l’amateur(e) de fantasy?

Mon dernier coup de cœur fantasy en date : La Princesse perdue [review] de l’auteur québécois Yves Meynard, premier tome de la trilogie de Chrysanthe. Sortie en septembre dernier (2018), il y a de bonnes chances pour que la personne à qui vous l’offrez ne l’ait pas déjà lu.

MEYNARD, Yves, Chrysanthe 1. La Princesse perdue, Lévis, Alire, 2018, 304 p. Avis lecture sur lilitherature.com.
MEYNARD, Yves, Chrysanthe 1. La Princesse perdue, Lévis, Alire, 2018, 304 p.

Abandonnée en bas âge par un père violent à la mort de sa mère, Christine a été secourue et élevée par Tonton, un homme bienveillant bien que froid et avare de son amour. C’est pourquoi Christine apprécie tant la gentillesse de Tap Pleine-Lune, son ami lapin qui parle.

Devenue adolescente, Christine comprend qu’il n’est plus raisonnable d’avoir un ami imaginaire et rompt donc avec Tap, même si ce dernier clame qu’il existe réellement. Le choc de la séparation est si brutal que la jeune fille doit consulter un psychiatre qui, au fil de séances aussi longues que pénibles, lui fait revivre sous hypnose les événements difficiles de son enfance, dont les viols à répétition auxquels son père et ses amis la soumettaient.

Pourtant, voilà qu’une rencontre (fortuite?) change à tout jamais le destin de Christine, qui se met soudain à douter : et si tous ses affreux souvenirs étaient fabriqués? Et si, en réalité, elle n’était pas une rescapée mais une… prisonnière? Et si, plus incroyable encore, comme l’affirme le jeune homme qui souhaite l’y emmener, Christine venait d’un monde merveilleux où elle était une véritable princesse?

Quel livre de fantasy jeunesse offrir?

La trilogie de Bartiméus de Jonathan Stroud est probablement ma série jeunesse préférée, la seule qui soit restée parmi mes favoris malgré le temps qui passe et les goûts qui changent. Pourquoi? De façon générale, pour son personnage éponyme à l’humour acerbe, le djinn Bartiméus. De plus, j’apprécie la manière dont l’auteur utilise les notes de bas de page. Les avis lecture de chacun des tomes de la trilogie sont en ligne sur lilitherature.com:

  • L’amulette de Samarcande [review]
  • L’oeil du golem [review]
  • La porte de Ptolémée [review]
STROUD, Jonathan, L'amulette de Samarcande (Bartiméus, 1), Paris, Albin Michel, coll. « Wiz », 2003, 560 p. Book Review / avis lecture sur lilitherature.com.
STROUD, Jonathan, L’amulette de Samarcande (Bartiméus, 1), Paris, Albin Michel, coll. « Wiz », 2003, 560 p.

Londres. XXIe siècle. La ville est envahie de sorciers qui font appel à des génies pour exaucer leurs désirs. Lorsque le célèbre djinn Bartiméus est appelé par une puissante invocation, il n’en croit pas ses yeux : l’apprenti magicien, Nathaniel, est bien trop jeune pour solliciter l’aide d’un génie aussi brillant que lui ! De plus, cet adolescent surdoué lui ordonne d’aller voler l’Amulette de Samarcande chez le puissant Simon Lovelace. Autant dire qu’il s’agit d’une mission suicide. Mais Bartiméus n’a pas le choix : il doit obéir. Le djinn et le magicien se trouvent alors embarqués dans une dangereuse aventure…

Quel livre offrir à celui ou celle qui veut se marrer en lisant de la fantasy?

Ici, je recommande la série Quand les Dieux buvaient de Catherine Dufour dans son entièreté. Chaque opus peut être lu séparément, mais on gagne à lire le tout, puisque les livres renvoient néanmoins les uns aux autres. Merlin l’ange chanteur, le tome 3, est la meilleure entrée de la série selon moi, mais sans doute la moins abordable avec son humour incroyablement noir. Pour cette raison, je vous conseille de commencer avec Blanche Neige et les lance-missiles. À offrir aux amateur(e)s de Terry Pratchett.

Reviews des romans de la série sur lilitherature.com:

  • Blanche Neige et les lance-missiles [review]
  • L’ivresse des providers [review]
  • Merlin l’ange chanteur [review]
  • L’immortalité moins six minutes [review]
Book Review: Blanche Neige et les lance-missiles, Catherine Dufour
DUFOUR, Catherine, Blanche Neige et les lance-missiles (Quand les dieux buvaient, 1), Aix-en-Provence, Nestivequen, coll. « Fractales Fantasy », 2001, 240 p.

Tous les contes commencent par « il était une fois » et finissent par « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». Oui mais… et après ? Et si le règne de Blanche Neige avait été une horrible dictature ? Et si le miroir magique était devenu gâteux ? Et si la Belle au bois dormant était devenue lesbienne ? Et si Peau d’âne était tombée amoureuse du prince de Cendrillon ? … Et si Dieu s’était mis à boire ?…

Quel livre offrir à celui ou celle qui aime sa fantasy bourrée de machinations politiques?

Je pourrais dire que Gagner la guerre est le Trône de Fer de la littérature française, excepté que ce serait réducteur. Amené par une écriture fabuleuse qui dépeint un univers fantastique tout en subtilité, ce pavé (la dernière édition souple chez les Moutons électriques fait 688 pages, ce qui se traduit par 979 pages chez Folio SF, pour vous donner une idée) est peuplé de personnages tout aussi brillants que sournois.

JAWORSKI, Jean-Philippe, Gagner la guerre, Bordeaux, Les moutons électriques, 2014 [2009], 688 p.
JAWORSKI, Jean-Philippe, Gagner la guerre, Bordeaux, Les moutons électriques, 2014 [2009], 688 p.

Au bout de dix heures de combat, quand j’ai vu la flotte du Chah flamber d’un bout à l’autre de l’horizon, je me suis dit : « Benvenuto, mon fagot, t’as encore tiré tes os d’un rude merdier ». Sous le commandement de mon patron, le podestat Leonide Ducatore, les galères de la République de Ciudalia venaient d’écraser les escadres du Sublime Souverain de Ressine. La victoire était arrachée, et je croyais que le gros de la tourmente était passé. Je me gourais sévère. Gagner une guerre, c’est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d’orgueil et d’ambition, le coup de grâce infligé à l’ennemi n’est qu’un amuse-gueule. C’est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l’art militaire. Désormais, pour rafler le pactole, c’est au sein de la famille qu’on sort les couteaux. Et il se trouve que les couteaux, justement, c’est plutôt mon rayon…

Si vous êtes découragé par le nombre de pages, vous pouvez vous initier doucement aux Récits du Vieux Royaume avec les recueils de nouvelles Janua Vera [review] et Le Sentiment du fer [review].

Quel livre offrir à l’amateur(e) de world-building?

Qui dit world-building dit China Miéville. À ce titre, je recommande toute la série de Bas-Lag. Cela dit, pourquoi ne pas commencer par Perdido Street Station [review], où la cité de Nouvelle-Crobuzon est si vivement décrite qu’elle en devient un personnage à part entière.

Nouvelle-Crobuzon: une métropole tentaculaire et exubérante, où humains et hybrides mécaniques côtoient les créatures les plus exotiques. Depuis plus de mille ans, le Parlement et sa milice règnent sur une population de travailleurs et d’artistes, d’espions, de magiciens, de dealers et de prostituées. Mais soudain un étranger, un homme-oiseau, arrive en ville avec une bourse pleine d’or et un rêve inaccessible : retrouver ses ailes…

La review du second livre de la série, Les scarifiés [review], est également en ligne.

Quel livre offrir à celui ou celle qui aime la fantasy, mais en a plus qu’assez de lire la même histoire encore et encore?

D’abord parue chez Nestivequen, puis rééditée chez Le Bélial sous forme d’intégrale et chez J’ai lu en format poche, cette trilogie de l’auteur français Jérôme Noirez est composée de Féerie pour les ténèbres, Le sacre des orties (Les nuits vénéneuses à l’origine chez Nestivequen) et Le carnaval des abîmes. Appuyé par une des plus belles plumes que je connaisse, ce récit n’a rien de conventionnel dans sa prémisse :

NOIREZ, Jérôme, Féerie pour les ténèbres (L'intégrale, 1), St-Mammès, Le Bélial, 2012 [2005], 624 p.
NOIREZ, Jérôme, Féerie pour les ténèbres (L’intégrale, 1), St-Mammès, Le Bélial, 2012 [2005], 624 p.

De partout, l’En-Dessous vomit la Technole. Sans que l’on sache pourquoi, sourd cette bouillie toxique et nauséabonde qui, en un autre temps, dans un univers bien différent, fit la fierté des hommes, le symbole même de leur domination sur le monde. Des hommes qui, aujourd’hui, exploitent les rebuts de cet univers disparu, mythique, dans des gisements à ciel ouvert aux allures de décharges en quête des oripeaux d’une gloire révolue…

Dans les rues de Caquehan la noire, capitale tentaculaire du royaume, Obicion enquête. Et l’officieur de justice a fort à faire. Le crime est odieux. Une jeune fille. Une adolescente. énucléée. Gorge tranchée ouverte en croix. Là où, précisément, pour la première fois, la Technole fit son apparition… Et à l’horreur s’ajoute l’étrangeté la plus absolue car très vite, il s’avère que les os de la victime sont en… plastique.

À noter, je ne recommande pas la version J’ai lu. J’ignore s’ils ont depuis corrigé le problème et publié une nouvelle version, mais ma copie du Carnaval des abîmes est terriblement erronée. Un chapitre est totalement manquant, un autre chapitre est répété deux fois et un autre est à moitié coupé. Le tout ruinant le climax de la trilogie, que j’ai autrement adorée.

Et vous, quels livres de fantasy recommanderiez-vous? Je serais heureuse de recevoir vos suggestions.


ARTICLES LIÉS

Idées cadeaux lecture : Quel livre de science-fiction offrir?
Idées cadeaux lecture : Quel livre de science-fiction offrir?
Idées cadeaux lecture : Quel livre offrir selon le genre?
Idées cadeaux lecture : Quel livre offrir selon le genre?
La série de romans Miss Peregrine’s Peculiar Children par Ransom Riggs : lecture d’Halloween pour ceux qui n’aiment pas avoir peur
La série de romans Miss Peregrine’s Peculiar Children par Ransom Riggs : lecture d’Halloween pour ceux qui n’aiment pas avoir peur

7 réflexions au sujet de “Idées cadeaux lecture : Quels livres de fantasy offrir?”

  1. Une bonne liste 🙂 Perdido Street Station est dans ma wishlist depuis…quoi…des années ? Je n’arrive pas à le trouver en rayon :-/ Mais selon moi il ne s’agit pas de Fantasy mais de Science-fiction (ou alors j’ai mal compris le pitch).

    J'aime

    1. Ce n’est pas tout à fait de la fantasy ni tout à fait de la science-fiction. Il s’agit de l’un des romans à l’origine du sous-genre du « new weird »: « the genre is « a type of urban, secondary-world fiction that subverts the romanticized ideas about place found in traditional fantasy, largely by choosing realistic, complex real-world models as the jumping-off point for creation of settings that may combine elements of both science fiction and fantasy » (https://en.wikipedia.org/wiki/New_weird).

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s