DUFOUR, Catherine, L’immortalité moins six minutes, Aix-en-Provence, Nestivequen, coll. « Fractales Fantasy », 2007, 256 p. Avis lecture sur lilitherature.com.
Auteur(e)s préféré(e)s, Auteure femme, Avis lecture, best-of-fantasy, Book Serie: Quand les Dieux buvaient, Catherine Dufour, Contes de fées, Fantasy, Femmeuary 2019, JRR Tolkien, L'immortalité moins six minutes, Le livre de poche, Littératures de l'imaginaire, Nestivequen, Parodie, Peter Jackson, Rating 4 étoiles, The Lord of the Rings

Avis lecture: L’immortalité moins six minutes (Quand les Dieux buvaient, 0), Catherine Dufour

DUFOUR, Catherine, L’immortalité moins six minutes, Aix-en-Provence, Nestivequen, coll. « Fractales Fantasy », 2007, 256 p. Avis lecture sur lilitherature.com
DUFOUR, Catherine, L’immortalité moins six minutes, Aix-en-Provence, Nestivequen, coll. « Fractales Fantasy », 2007, 256 p.

Titre: L’immortalité moins six minutes

Auteure: Dufour, Catherine

Série: Quand les Dieux buvaient, 0

Blanche Neige et les lance-missiles (1)

L’ivresse des providers (2)

Merlin l’ange chanteur (3)

Genre: Fantasy, humour, conte

Rating: 4 étoiles ; 7.5/10

Édition française originale: Nestivequen, 2007

Édition lue: Le Livre de Poche, 2009

Description: Le sens de l’humour nain à ses limites : lorsque Pistou apprend que sa fille vient de fauter avec un ogre, c’est comme si le toit de sa chaumine lui tombait sur la tête. Car voilà : en plus de se détester cordialement, l’union improbable entre les ogres et les nains ne peut qu’engendrer des enfants ratés.

De son côté, la fée Babine-Babine se laisse séduire par un elfe noir, ce qui ne manque pas de faire jaser ses deux amies, Pimprenouche et Pétrol’Kiwi…

Et quand un elfe noir se fait plaquer, cela provoque une grosse catastrophe : l’humanité.

Dans le ciel au-dessus de la Terre plate, le soleil se baignait. Il faisait  la planche sur la brume matinale, et buvait la rosée du bout de ses innombrables pailles d’or.

Zoom.

Brillant comme le dos d’une anguille, un fleuve filait entre deux plaines vallonnées. On y voyait quelques prairies chargées de moutons et quelques champs cultivés, comme de petites pièces de coton vert tendre ou jaune paille cousues sur un épais tissu de forêts. Des aigrettes de fumée indiquaient ici un village nain, enfoui sous le chaume, là un village ogre, massif et fortifié.

Zoom.

L’immortalité moins six minutes de l’auteure française Catherine Dufour est le dernier livre de la série de fantasy humoristique Quand les Dieux buvaient à être paru, mais il s’agit d’un prequel. Ce tome 0 suit des fées mal engueulées qui nous sont maintenant familières : Babine-Babine, Pimprenouche et Pétrol’Kiwi.

Une parodie du Seigneur des anneaux

Ce livre est une parodie du Seigneur des anneaux où les fées jouent le rôle des hobbits. À ce titre, je vous recommande de regarder la trilogie de Peter Jackson avant de vous lancer dans votre lecture afin de mieux apprécier son humour. J’ai particulièrement aimé les clins d’œil et les détournements, puisque j’adore l’adaptation cinématographique de Lord of the Rings de JRR Tolkien, mais je me demande si le texte se tient seul. À quel point l’appréciation du roman de Dufour dépend de la connaissance du lecteur de l’œuvre à laquelle il fait référence sans cesse?

Un livre divertissant, mais non nécessaire

DUFOUR, Catherine, Blanche Neige contre Merlin l’enchanteur (Quand les dieux buvaient, 2), Paris, Le Livre de Poche, coll. « Fantasy », 2009. Avis lecture sur lilitherature.com.
DUFOUR, Catherine, L’immortalité moins six minutes (Quand les dieux buvaient, 2 – Blanche Neige contre Merlin l’enchanteur), Paris, Le Livre de Poche, coll. « Fantasy », 2009, p. 325-658.

En tant que roman de Catherine Dufour, L’immortalité moins six minutes est incontestablement bien écrit, profitant des forces du style de l’auteure sans souffrir des défauts des deux premiers tomes (cf. l’humour parfois « pipi-caca »), Blanche Neige et les lance-missiles [review] et L’ivresse des providers [review]. Pourtant, le livre est celui que j’ai le moins aimé de la série. Il y a deux raisons à cela :

  1. Le roman se lit comme une addition superflue, c’est-à-dire un livre qui n’ajoute rien à la série. Le tome 0 est écrit après le tome 3 et cela se ressent : il est non nécessaire.
  2. Le texte est divertissant au premier degré, mais manque de profondeur. En dehors de son intertextualité avec les œuvres de JRR Tolkien et Peter Jackson, le roman n’a pas vraiment de second degré. Cela est d’autant plus évident que L’immortalité moins six minutes suit Merlin l’ange chanteur [review], le meilleur titre de la saga selon moi, et assurément le mieux gréé en termes de second degré avec sa critique acerbe des mythes et de la religion.

Un roman léger

Malgré tout, L’immortalité moins six minutes de Catherine Dufour est un roman à lire, définitivement amusant, dont la seule « faute » est d’être plus léger que les autres livres de Quand les Dieux buvaient.


ARTICLES LIÉS

La fin des temps dans la science-fiction: Le temps de la fin dans Des anges mineurs d’Antoine Volodine et Merlin l’ange chanteur de Catherine Dufour
La fin des temps dans la science-fiction: Le temps de la fin dans Des anges mineurs d’Antoine Volodine et Merlin l’ange chanteur de Catherine Dufour
Du conte pour enfants The Hobbit de JRR Tolkien à la trilogie cinématographique de fantasy épique de Peter Jackson
Du conte pour enfants The Hobbit de JRR Tolkien à la trilogie cinématographique de fantasy épique de Peter Jackson
Avis lecture: La Fée, la pie et le printemps, Élisabeth Ebory
Avis lecture: La Fée, la pie et le printemps, Élisabeth Ebory

6 réflexions au sujet de “Avis lecture: L’immortalité moins six minutes (Quand les Dieux buvaient, 0), Catherine Dufour”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s