Auteure femme, Avis lecture, Book Review, Chronique livresque, Féminisme, Femmeuary 2019, Julie Proust Tanguy, Les Moutons électriques, Littérature française, Littératures de l'imaginaire, Non-fiction, Rating 3 étoiles, Sorcières! Le sombre grimoire du féminin

Avis lecture: Sorcières! Le sombre grimoire du féminin, Julie Proust Tanguy

PROUST TANGUY, Julie, Sorcières! Le sombre grimoire du féminin, Bordeaux, Les moutons électriques, 2015, 248 p.
PROUST TANGUY, Julie, Sorcières! Le sombre grimoire du féminin, Bordeaux, Les moutons électriques, 2015, 248 p.

Titre: Sorcières! Le sombre grimoire du féminin

Auteure: Proust Tanguy, Julie

Genre: Non-fiction, folklore

Rating: 3 étoiles ; 6.5/10

Langue originale: Français

Édition: Les moutons électriques, 2015

Description: Autour du chaudron fumant, trois silhouettes s’activent : les sorcières font frémir à petit feu des mystères parsemés de poils de chat noir. Des cris d’horreur, des frissons enfantins et de sensuelles silhouettes féminines bouillonnent dans leur potion verdâtre. Leurs voix fredonnent des noms familiers : Baba Yaga, Morgane, Médée, Carrie, Esmé Ciredutemps…

Leur sabbat fait danser, depuis des siècles, une litanie de clichés : crapaud, balai, chapeau pointu… Mais qui sont ces envoûteuses dont les doigts crochus lacèrent la toile du temps ? Sont-elles les fiancées du Diable ou de simples révélatrices d’une sombre Histoire du féminin ?

Nécromanciennes redoutables, guérisseuses ignorées, doubles obscurs des fées, femmes fatales livrées au bûcher… Rejoignez-les dans ce grimoire moderne qui vous révèlera les lointaines origines et l’étrange destinée de vos sorcières bien-aimées !


La figure de la sorcière à travers la littérature

Sorcières! Le sombre grimoire du féminin est un ouvrage de non-fiction traitant de la figure de la sorcière à travers la littérature dans le sens large du terme. En effet, Julie Proust Tanguy, sans ignorer l’aspect historique, prend le parti de s’attarder à la représentation de la sorcière dans l’imaginaire, tout média confondu.

Des ressources variées

Ainsi, il n’est pas étonnant que l’appareil bibliographique du livre soit si impressionnant. Les ressources convoquées par l’écrivaine, enseignante et critique littéraire sont nombreuses et variées : manuscrits, contes et légendes, livres, images, séries télévisées, films, animes, etc. D’ailleurs, l’auteure et Les moutons électriques rendent disponible une annexe de toutes les ressources utilisées sur le site de l’éditeur, téléchargeable gratuitement en format PDF, ce qui est particulièrement pratique à des fins de recherche.

L’insertion des citations dans le texte

Qui plus est, les citations sont naturellement insérées dans le texte, pour une lecture plus fluide.

Sa formule la plus mythique, abracadabra, […] [est] probablement héritée de l’hébreu […], elle renvoie au dieu Abraxas, « un dieu intermédiaire dans le système gnostique de Basilide (IIe siècle). Abraxas est aussi le nom d’une pierre gravée d’inscriptions magiques, permettant à l’âme et au corps de franchir les barrières élevées par des esprits malfaisants1 ».

1 Guy Bechtel, La Sorcière et l’Occident, Plon, 1997.

Cela peut sembler anodin, mais ce genre d’ouvrages tend à privilégier les citations indirectes, à paraphraser les propos tirés d’une autre source. Cette façon de faire ne permet pas au lecteur de se familiariser avec le matériel de base, il en est gardé à distance. En tant que littéraire, j’ai spécialement apprécié de pouvoir lire les textes d’origine. De plus, la pratique de la citation indirecte s’accompagne souvent d’un ton plus académique, et donc plus monotone et moins accessible à un lectorat non savant. Ce ton n’est pas celui adopté par Julie Proust Tanguy.

Une posture féministe appropriée

Le titre de l’ouvrage l’annonce, l’auteure ne désire pas poser un regard neutre sur le sujet qu’elle aborde. Il est évident dans le point d’exclamation de Sorcières! et dans la connotation de l’adjectif « sombre » dans Le sombre grimoire du féminin que Proust Tanguy prend une position féministe. Pas que le caractère féministe de l’ouvrage saute yeux (il serait facile de ne pas le remarquer) ; simplement, on ne peut pas parler de neutralité quand l’écrivaine écrit :

La sorcière ne serait que le bouc émissaire d’une société misogyne en crise qui, faute de se demander comment l’on peut enfanter quand ce monde se fait insupportable, préfère projeter sa souffrance et ses reproches sur la figure archétypale de la mère.

L’opinion de l’auteure est évidente quand elle qualifie la société de « misogyne ». Ce n’est pas un reproche que je lui adresse, au contraire. Une posture féministe est spécialement appropriée compte tenu de l’objet d’étude. De plus, je crois qu’il est généralement accepté que la chasse aux sorcières a été une aberration et que la société de cette époque était particulièrement sexiste.

Un ouvrage riche, mais accessible

Sorcières! Le sombre grimoire du féminin de Julie Proust Tanguy est un livre de qualité aux ressources diversifiées ; il y a un peu de tout pour tout le monde. Riche en information, l’ouvrage dresse un excellent portrait de la sorcière à travers le temps et la littérature. Malgré tout, l’ensemble reste accessible à un large public, notamment parce que le texte se lit tout seul. À lire assurément si le sujet vous intéresse!

Celle-ci [la sorcière] condensera peu à peu tous ces mythes sous sa face détestée : sensuelle ou libre dans sa sexualité, elle provoquera la perte des hommes. Laide, elle les repoussera et dévorera les fruits précieux de sa descendance. Vengeresse, elle les privera de leur puissance et menacera de les renverser. Maîtresse d’une culture transmise oralement, elle ne saurait être supérieure à la sagesse écrite des hommes. Transgressive, elle refusera de se plier à la société patriarcale.


ARTICLES LIÉS

Penser l’éducation des filles du 18ème siècle à aujourd’hui : Du modèle rousseauiste dans Les petites filles modèles de la Comtesse de Ségur à la déséducation dans Bloody Mary de France Théoret
Penser l’éducation des filles du 18ème siècle à aujourd’hui : Du modèle rousseauiste dans Les petites filles modèles de la Comtesse de Ségur à la déséducation dans Bloody Mary de France Théoret
Avis lecture: SCUM Manifesto, Valerie Solanas
Avis lecture: SCUM Manifesto, Valerie Solanas
Avis lecture: L’amèr, ou le chapitre effrité, Nicole Brassard
Avis lecture: L’amèr, ou le chapitre effrité, Nicole Brassard

7 réflexions au sujet de “Avis lecture: Sorcières! Le sombre grimoire du féminin, Julie Proust Tanguy”

  1. Un livre qui m’a l’air très intéressant ^^ Et la citation « La sorcière ne serait que le bouc émissaire d’une société misogyne en crise » est je pense assez juste, les femmes sont toujours depuis la nuit des temps le sexe faibles, des tentatrices, porté du doigts. Donc traiter celles-ci de sorcières me paraît pas si farfelu que ça :p
    Merci de la découverte !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s