Bookhaul Avril 2019 : Le Saint Patron des plans foireux d'Éric Gauthier ; Fleurs de crachat de Catherine Mavrikakis ; Chrysanthe 2. Le Prince rebelle d'Yves Meynard ; Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu de Karim Berrouka ; Les Neiges de l'éternel de Claire Krust ; et Le Songe d'une nuit d'octobre de Roger Zelazny.
Actualité littéraire, ActuSF, Alire, Auteur(e)s préféré(e)s, Éric Gauthier, Bibliothèque québécoise, Bookhaul, Catherine Mavrikakis, Celle qui n'avait pas peur de Cthulhu, Chrysanthe 2. Le Prince rebelle, Claire Krust, Fantastique, Fantasy, Fleurs de crachat, Karim Berrouka, Le Saint Patron des plans foireux, Le Songe d'une nuit d'octobre, Les Neiges de l'éternel, Littérature française, Littérature générale, Littérature québécoise, Roger Zelazny, Service de presse, Yves Meynard

Bookhaul Avril 2019

Achats

Je passais par ma Librairie au Carrefour et je n’ai pas pu résister.

Le Saint Patron des plans foireux, Éric Gauthier

Sorti le 4 avril 2019, le dernier roman en date d’Éric Gauthier, Le Saint Patron des plans foireux. Son roman Montréel (2011) est dans mon top fantasy et parmi mes romans favoris ; La Grande Mort de mononc’ Morbide (2015 [review]) était dans mon top 2016. Bien sûr que j’allais acheter celui-ci après tout cela!

GAUTHIER, Éric, Le Saint Patron des plans foireux, Lévis, Alire, 2019, 441 p.
GAUTHIER, Éric, Le Saint Patron des plans foireux, Lévis, Alire, 2019, 441 p.

Philippe Sigouin a passé sa jeunesse à monter des combines avec Yannick, son grand frère et partner de toujours. Mais comme ce dernier vient de le trahir joliment, Sigouin a décidé que ça ne se reproduirait plus : dorénavant, il volera de ses propres ailes.
Pourtant, si on lui avait demandé quel serait son premier coup d’envergure, jamais il n’aurait pensé répondre « l’importation du squelette d’un saint couvert de bijoux ». Or, c’est bien ce que lui propose Hortensia, une antiquaire peu habituée aux transactions criminelles mais en relation avec un « respectable » acheteur prêt à débourser une somme faramineuse pour acquérir cette sainte marchandise.
Si l’entrée au pays de saint Deodatus se déroule sans anicroches, le plan de Sigouin dérape soudain quand des intrus s’emparent du squelette. Puis c’est la réalité même qui dérape quand, kidnappé parce qu’il a reconnu un des voleurs, Sigouin assiste à une troublante cérémonie au terme de laquelle il voit le squelette s’animer !
Ébranlé par ce miracle indésiré, contrarié par les disciples d’un martyr douteux et bientôt menacé par de plus grosses crapules que lui, Sigouin ne sait plus à quel saint se vouer pour demeurer fidèle à sa parole, c’est-à-dire livrer la « marchandise » au client !

Fleurs de crachat, Catherine Mavrikakis

Après avoir lu quatre coups de circuit en ce qui me concerne (Ça va aller [review], 2002 ; Ce qui restera [review], 2017 ;  Le ciel de Bay City [review], 2008 ; Oscar de Profundis [review], 2016), je suis bien motivée à lire l’entièreté de l’oeuvre de Catherine Mavrikakis. Dans la conclusion de mon essai « Les héroïnes hantées de Catherine Mavrikakis : la spectrale survivance dans Ça va aller et Le ciel de Bay City », je mentionnais qu’il serait peut-être pertinent d’approfondir cette étude comparée avec Fleurs de crachat. Je pourrai vous répondre bientôt.

MAVRIKAKIS, Catherine, Fleurs de crachat, Montréal, Bibliothèque québécoise, 2016 [2005], 224 p.
MAVRIKAKIS, Catherine, Fleurs de crachat, Montréal, Bibliothèque québécoise, 2016 [2005], 224 p.

La chirurgienne toxicomane Flore Forget ne fait pas dans la dentelle. Quand sa mère, Violette Hubert, meurt un Vendredi saint dans le même hôpital où elle termine une opération, Flore se met à vaciller dans le brouillard profond qui l’enveloppe, entre la crise de nerfs et un grave délire névrotique. Et lorsque s’ajoute à cette fin du monde le retour de son frère aîné, Florent, surnommé « l’Fêlé », avec dans ses bagages les morceaux d’un puzzle familial ravagé par les atrocités de la Seconde Guerre, rien, mais rien ne va plus.

On comprend alors que le délire verbal – décapant et survolté et révolté et incendiaire – de Flore est le seul espoir qui lui reste, avec sa fille de quatre ans, Rose, à qui elle voudrait épargner sa propre douleur de vivre et la sauver du désastre général. Elle entreprend ainsi une plongée dans les profondeurs de l’identité familiale pour y circonscrire son identité personnelle, et peut-être se libérer du poids du monde qui l’écrase davantage chaque jour.

Chrysanthe 2. Le Prince rebelle, Yves Meynard

Paru le 25 février 2019, la suite de la trilogie de fantasy Chrysanthe d’Yves Meynard, dont le premier tome, La Princesse perdue (2018), figurait parmi mes coups de cœur 2018. Ne lisez pas le synopsis ci-dessous si vous ne voulez absolument pas être spoiler, puisqu’il s’agit d’un deuxième tome.

MEYNARD, Yves, Chrysanthe 2. Le Prince rebelle, Lévis, Alire, 2019, 368 p.
MEYNARD, Yves, Chrysanthe 2. Le Prince rebelle, Lévis, Alire, 2019, 368 p.

Bien que tous affirment qu’elle est enfin de retour chez elle, Christine ne peut se défaire du sentiment d’être une étrangère à Testenel, le château au cœur de Chrysanthe, ce monde qu’on lui assure être le seul véritable.
Alors qu’elle peine à se familiariser avec son statut de princesse et à croire aux enseignements de Mélogianne – selon l’enchanteresse de la cour, le monde serait plat ! –, une nouvelle menace plane sur son père Edisthen, le monarque de Chrysanthe, et sur tout le royaume : l’un des fils d’Evered, le précédent roi qu’Edisthen a destitué quelques jours après avoir été écrit par Dieu – le père de Christine est un Héros du Livre, une création divine qui n’a jamais connu d’enfance et n’est le résultat d’aucune procréation humaine –, est magiquement apparu pendant les audiences de la cour afin de réclamer la couronne à celui qu’il qualifie d’usurpateur.
Or, pour Mélogianne, cette démonstration de force magique n’est que le prélude à une nouvelle guerre qui, à la différence de celle qui a suivi la prise de pouvoir par Edisthen, ne se déroulera pas sur les champs de bataille traditionnels, mais sur le terrain de la magie… celui-là même où elle craint ne pas être à la hauteur !

Services de presse : ActuSF

Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu, Karim Berrouka

Parce que mars était le mois Lovecraft chez ActuSF, le livre « Retour vers le futur » offert en service presse était Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu de Karim Berrouka.

BERROUKA, Karim, Celle qui n'avait pas peur de Cthulhu, Chambéry, ActuSF, 2018, 255 p.
BERROUKA, Karim, Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu, Chambéry, ActuSF, 2018, 255 p.

Qu’est-ce qui est vert, pèse 120 000 tonnes, pue la vase, n’a pas vu le ciel bleu depuis quarante siècles et s’apprête à dévaster le monde ?
Ingrid n’en a aucune idée.
Et elle s’en fout.
Autant dire que lorsque des hurluberlus lui annoncent qu’elle est le Centre du pentacle et que la résurrection de Cthulhu est proche, ça la laisse de marbre.
Jusqu’à ce que les entités cosmiques frappent à sa porte…

Les Neiges de l’éternel, Claire Krust

En l’honneur de la sortie de Les Secrets d’Eole de Claire Krust, le « Retour vers le futur » d’avril est Les Neiges de l’éternel de Claire Krust.

KRUST, Claire, Les Neiges de l'éternel, Chambéry, ActuSF, 2015, 172 p.
KRUST, Claire, Les Neiges de l’éternel, Chambéry, ActuSF, 2015, 172 p.

Dans un Japon féodal fantasmé, cinq personnages racontent à leur manière la déchéance d’une famille noble. Cinq récits brutaux qui voient éclore le désespoir d’une jeune fille, la folie d’un fantôme centenaire, les rêves d’une jolie courtisane, l’intrépidité d’un garçon inconscient et le désir de liberté d’un guérisseur. Le tout sous l’égide de l’hiver qui s’en revient encore.

Le Songe d’une nuit d’octobre, Roger Zelazny

Normalement, je préfère ne pas réquisitionner de livres traduits en services de presse, mais la prémisse de ce livre était trop originale pour que je passe.

ZELAZNY, Roger, Le Songe d'une nuit d'octobre, Chambéry, ActuSF, coll. « Hélios », 2019 [1993], 195 p.
ZELAZNY, Roger, Le Songe d’une nuit d’octobre, Chambéry, ActuSF, coll. « Hélios », 2019 [1993], 195 p.

Octobre. Dans 31 jours, le portail s’ouvrira et les Grands Anciens déferleront sur le monde
Dracula, Sherlock Holmes, Raspoutine, le docteur Frankenstein… Ils seront tous là. Mais feront-ils partie des ouvreurs avides de pouvoir, ou seront-ils des fermeurs qui s’opposeront aux horreurs indicibles ?
Les familiers de ces personnages seront eux aussi impliqués dans cette murder party ésotérique riche en rebondissements. Tout particulièrement Snuff, un chien dont le maître, Jack, aime se promener la nuit dans Londres avec son grand couteau…
Le Jeu va commencer.
Quel sera votre camp ?


ARTICLES LIÉS

La Princesse perdue de l'auteur québécois Yves Meynard est le premier tome de la trilogie de fantasy Chrysanthe à paraître chez Alire. Le tout à mon grand bonheur, puisqu'il y a longtemps que je n'avais pas été aussi emballée à l'idée de lire la suite d'une série. Avis lecture sur lilitherature.com.
Avis lecture: Chrysanthe 1. La Princesse perdue, Yves Meynard
Avis lecture: Le Songe d’une nuit d’octobre, Roger Zelazny
Avis lecture: Le Songe d’une nuit d’octobre, Roger Zelazny
Avis lecture: Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu, Karim Berrouka
Avis lecture: Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu, Karim Berrouka

3 réflexions au sujet de “Bookhaul Avril 2019”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s