Avis lecture: The Hobbit, JRR Tolkien
Auteur homme, Avis lecture, Classiques, Contes, Fantasy, JRR Tolkien, Littérature anglaise, Littérature jeunesse, Littératures de l'imaginaire, Rating 3 étoiles, The Hobbit

Avis lecture: The Hobbit, JRR Tolkien

TOLKIEN, JRR, The Hobbit, Hammersmith, HarperCollinsPublishers, 2012 [1937], 300 p.
TOLKIEN, JRR, The Hobbit, Hammersmith, HarperCollinsPublishers, 2012 [1937], 300 p.

Titre: The Hobbit

Auteur: Tolkien, JRR

Genre: Fantasy, conte, littérature jeunesse

Rating: 3 étoiles ; 5.5/10

Langue originale: Anglais

Édition: HarperCollinsPublishers, 2012

Description: Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible et sans histoire. Son quotidien est bouleversé un beau jour, lorsque Gandalf le magicien et treize nains barbus l’entraînent dans un voyage périlleux. C’est le début d’une grande aventure, d’une fantastique quête au trésor semée d’embûches et d’épreuves, qui mènera Bilbo jusqu’à la Montagne Solitaire gardée par le dragon Smaug…[1]


In a hole in the ground there lived a hobbit. Not a nasty, dirty, wet hole, filled with the ends of worms and an oozy smell, nor yet a dry, bare, sandy hole with nothing in it to sit down on or to eat: it was a hobbit-hole, and that means comfort (incipit)[2].

Un conte pour enfants

The Hobbit est un classique de la fantasy et de la littérature pour enfants. En tant que tel, le ton du roman est celui du conte, adresses au lecteur par le narrateur comprises.

This is a story of how a Baggins had an adventure, and found himself doing and saying things altogether unexpected. He may have lost the neighbours’ respect, but he gained—well, you will see whether he gained anything in the end (Chapter I: An Unexpected Party).

Dans cet esprit, l’histoire ne se veut pas « réaliste », dans le sens où les lois de l’univers sont souples et ne suivent pas nécessairement notre logique. Par exemple, certains figurants peuvent être particulièrement stupides pour les besoins de l’histoire. C’est le cas notamment quand les elfes relâchent des barils suspicieusement lourds (car les nains y sont cachés) dans la rivière.

“Get on with the work!” growled the butler. “There is nothing in the feeling of weight in an idle toss-pot’s arms. These are the ones to go and no others. Do as I say!”

“Very well, very well,” they answered rolling the barrels to the opening. “On your head be it, if the king’s full buttertubs and his best wine is pushed into the river for the Lake-men to feast on for nothing!” (Chapter IX: Barrels Out of Bond)

Les elfes émettent certes un commentaire sur le poids inhabituel des barils, mais ne se posent pas de questions outre mesure. Dans un roman pour enfants adoptant le ton surréaliste du conte, ce genre de « facilités » reste approprié.

Une structure rudimentaire

TOLKIEN, JRR, Le Hobbit, Paris, Le Livre de Poche, 2015 [1937], 408 p.
TOLKIEN, JRR, Le Hobbit, Paris, Le Livre de Poche, 2015 [1937], 408 p.

Qui plus est, parce les enfants sont le public cible, la structure du livre est volontairement simpliste. En effet, le récit se déroule essentiellement comme suit : Bilbo et les nains se retrouvent dans une situation périlleuse, laquelle mène souvent à leur capture, puis le problème est résolu et ainsi de suite. Encore une fois, une telle structure est acceptable pour un conte pour enfants. C’est donc avec cela à l’esprit qu’il faut lire The Hobbit, sinon le lecteur adulte ne sera certainement pas impressionné.

Une intrigue répétitive

Malgré cette approche, The Hobbit de JRR Tolkien reste certainement un roman répétitif. Cela dit, le livre est court et se lit vite, si bien que le lecteur n’a pas le temps de se lasser. De plus, le tout offre une intéressante perspective sur son adaptation cinématographique par Peter Jackson pour ceux qui en sont familiers. À ce sujet, j’ai notamment été surprise de constater que plusieurs personnages, dont Thorin et Thranduil, sont beaucoup moins antipathiques dans le livre.


[1] JRR Tolkien, Le Hobbit, Paris, Le Livre de Poche, 2015 [1937], 408 p.

[2] Les citations du présent article sont tirées de l’édition numérique disponible en ligne gratuitement suivante : TOLKIEN, JRR, The Hobbit, or There and Back Again, Hammersmith, HarperCollinsPublishers, 1995 [1937], 497 p


ARTICLES LIÉS

Du conte pour enfants The Hobbit de JRR Tolkien à la trilogie cinématographique de fantasy épique de Peter Jackson
Du conte pour enfants The Hobbit de JRR Tolkien à la trilogie cinématographique de fantasy épique de Peter Jackson
Accrocher son lecteur dès la première phrase : Qu’est-ce qui fait un bon incipit?
Accrocher son lecteur dès la première phrase : Qu’est-ce qui fait un bon incipit?
The Bear and the Nightingale de l’auteure américaine Katherine Arden est un conte qui s’inspire du folklore russe. Quoiqu’il s’agisse du premier tome de la trilogie de fantasy historique Winternight, le roman peut être lu comme un standalone.
Avis lecture: The Bear and the Nightingale (Winternight, 1), Katherine Arden

3 réflexions au sujet de “Avis lecture: The Hobbit, JRR Tolkien”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s