Extrait, Fantastique, Fantasy, Féminisme, Julie Proust Tanguy, Les Moutons électriques, Sorcières! Le sombre grimoire du féminin

Extrait : les Sorcières! de Julie Proust Tanguy

Sorcières! Le sombre grimoire du féminin de Julie Proust Tanguy

PROUST TANGUY, Julie, Sorcières! Le sombre grimoire du féminin, Bordeaux, Les moutons électriques, 2015, 248 p.
PROUST TANGUY, Julie, Sorcières! Le sombre grimoire du féminin, Bordeaux, Les moutons électriques, 2015, 248 p.

Autour du chaudron fumant, trois silhouettes s’activent : les sorcières font frémir à petit feu des mystères parsemés de poils de chat noir. Des cris d’horreur, des frissons enfantins et de sensuelles silhouettes féminines bouillonnent dans leur potion verdâtre. Leurs voix fredonnent des noms familiers : Baba Yaga, Morgane, Médée, Carrie, Esmé Ciredutemps…

Leur sabbat fait danser, depuis des siècles, une litanie de clichés : crapaud, balai, chapeau pointu… Mais qui sont ces envoûteuses dont les doigts crochus lacèrent la toile du temps ? Sont-elles les fiancées du Diable ou de simples révélatrices d’une sombre Histoire du féminin ?

Nécromanciennes redoutables, guérisseuses ignorées, doubles obscurs des fées, femmes fatales livrées au bûcher… Rejoignez-les dans ce grimoire moderne qui vous révélera les lointaines origines et l’étrange destinée de vos sorcières bien-aimées !

Extrait du chapitre « La nécromancienne, la maléfique »

PROUST TANGUY, Julie, Sorcières! Le sombre grimoire du féminin, Bordeaux, Les moutons électriques, 2015, 248 p.

Les sorcières littéraires semblent toutes provenir de la féroce Thessalie, dont « la terre […] produit des herbes nuisibles et des pierres sensibles aux chants magiques des mystères funèbres. Là se dresse une foule d’objets capables de faire violence aux dieux » et vivent des « magiciennes toujours prêtes à déchiqueter le visage des morts » et capables de faire disparaître la lune et le soleil. La sorcellerie semble donc avant tout la propriété de l’Autre, de l’Étranger, celui que l’on rejette car on ne comprend pas son fonctionnement et que son exclusion rend clandestin car il ne saurait s’intégrer à la société. Le voilà condamné à errer dans les lieux de passages (cimetières, lisières des forêts, carrefours… autant de lieux associés, on l’a vu, à Hécate) et à profiter du couvert de la nuit […]. La sorcière est alors représentée comme instable et fuyante, à l’instar de la discipline changeante et insaisissable qu’elle pratique.


ARTICLES LIÉS

Avis lecture: Sorcières! Le sombre grimoire du féminin, Julie Proust Tanguy - Sorcières! Le sombre grimoire du féminin est un ouvrage de non-fiction traitant de la figure de la sorcière à travers la littérature dans le sens large du terme. En effet, Julie Proust Tanguy s’attarde à la représentation de la sorcière dans l’imaginaire, tout média confondu : des premiers écrits hérités de la culture orale aux livres, séries télévisées et films de nos jours.
Avis lecture: Sorcières! Le sombre grimoire du féminin, Julie Proust Tanguy
Masterpost #femmeuary2019
Masterpost #femmeuary2019
Extrait : la « fille » selon Marina Yaguello dans Les filles en série de Martine Delvaux
Extrait : la « fille » selon Marina Yaguello dans Les filles en série de Martine Delvaux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s