Extrait, France Théoret, Langue, Le théâtre de Dieu, Leméac Éditeur, Littérature générale, Littérature québécoise

Extrait : réflexion sur la langue dans Le théâtre de Dieu de France Théoret

Le théâtre de Dieu de France Théoret

THÉORET, France, Le théâtre de Dieu, Montréal, Leméac Éditeur, 2018, 96 p. Avis lecture sur lilitherature.com.
THÉORET, France, Le théâtre de Dieu, Montréal, Leméac Éditeur, 2018, 96 p.

« Ai-je la foi ? » Telle est la question qui hante la jeune narratrice de ce roman, en attente de LA révélation. Le Québec des années 1950, dominé par le clergé, imprègne de son discours religieux toutes les sphères de la société. Nul n’y échappe. Les filles sont nées pour servir, faire don d’elles-mêmes, elles doivent cultiver l’humilité. Aspirant à une éducation qui élèverait sa pensée, incapable de s’identifier au rôle qu’on attend d’elle, la protagoniste ne sait vers qui se tourner pour la guider.

L’extrait du roman

THÉORET, France, Le théâtre de Dieu, Montréal, Leméac Éditeur, 2018, 96 p.

Un usage du langage fourbe, hypocrite, me blessait. J’étais constamment inquiète. Je ne réagissais pas. À aucun moment, je ne ripostais. Sur le qui-vive, je ne bougeais pas. Je subissais au nom d’une loi qui s’appelait Dieu, les commandements éternels.

Ma langue abstraite, tout à la fois conceptuelle et savante, ne peut perdre de vue l’ignorance. C’est une étendue que je cherche à comprendre comme phénomène. Seul le savoir possède de la profondeur.

L’ignorance comme modèle d’expression se déclare synonyme du sens commun et de l’amour.

Qui n’a pas de bon sens est un insensé, plus communément, un fou. La folie disqualifie quelqu’un. Ne pas refuser l’ignorance, c’est courir pour soi-même un risque permanent (p. 68).


ARTICLES LIÉS

THÉORET, France, Le théâtre de Dieu, Montréal, Leméac Éditeur, 2018, 96 p. Avis lecture sur lilitherature.com.
Avis lecture: Le théâtre de Dieu, France Théoret
Avec le bilan annuel de lecture vient la révélation du meilleur comme du pire : voici le top 5 des livres que j’ai lus en 2018: Le Sentiment du fer (Les moutons électriques, 2015) de Jean-Philippe Jaworski ; Ce qui restera (Québec Amérique, 2017) de Catherine Mavrikakis ; Chrysanthe 1: La Princesse perdue (Alire, 2018) d'Yves Meynard ; Fashionably Tales (Le Quartanier, 2007) de Marc-Antoine K. Phaneuf ; et Le théâtre de Dieu (Leméac Éditeur, 2018) de France Théoret.
Top 5: Le meilleur de mes lectures 2018
Extrait : l'économie de la maternité dans L'amèr de Nicole Brossard
Extrait : l’économie de la maternité dans L’amèr de Nicole Brossard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s