Extrait, Féminisme, Langue, Les filles en série, Les mots et les femmes, Littérature québécoise, Marina Yaguello, Martine Delvaux, Non-fiction

Extrait : la « fille » selon Marina Yaguello dans Les filles en série de Martine Delvaux

Les filles en série : Des Barbies aux Pussy Riot de Martine Delvaux

DELVAUX, Martine, Les filles en série: Des Barbies aux Pussy Riot, Montréal, Éditions du remue-ménage, 2018 [2013], 280 p.
DELVAUX, Martine, Les filles en série: Des Barbies aux Pussy Riot, Montréal, Éditions du remue-ménage, 2018 [2013], 280 p.

Des corps féminins en rangées, qui se meuvent en synchronie. Ils ne se distinguent que par le détail d’un vêtement, d’une courbe, d’une teinte de cheveux. Les filles en série créent l’illusion de la perfection. Ce sont des filles-machines, filles-marchandises, filles-ornements. Toutes reproduites mécaniquement par l’usine ordinaire de la misogynie. Les filles sont des filles parce qu’elles sont en série. Mais la figure des filles en série est double: à la fois serial girls et serial killers de l’identité qu’on cherche à leur imposer. Entre aliénation et contestation, les filles en série résistent à leur chosification, cassent le party, libèrent la poupée et se mettent à courir.

Les mots et les femmes de Marina Yaguello cité par Martine Delvaux

Marina Yaguello, Les mots et les femmes, Lausanne, Payot, 1978, p. 179, cité dans DELVAUX, Martine, Les filles en série: Des Barbies aux Pussy Riot, Montréal, Éditions du remue-ménage, 2018 [2013], 280 p.

YAGUELLO, Marina, Les mots et les femmes, Lausanne, Payot, coll. « Petite bibliothèque Payot », 2002, 258 p.
YAGUELLO, Marina, Les mots et les femmes, Lausanne, Payot, coll. « Petite bibliothèque Payot », 2002 [1978], 258 p.

On dit une fille ou une femme facile, mais pas un homme facile […]. Le mot fille est également connoté péjorativement (aller chez les filles, filles de joie), alors que le mot garçon est complètement neutre. Fille est une injure en soi […] Injure d’autant plus grave lorsqu’elle s’adresse à un garçon: « Tu n’es qu’une fille ». Le statut de fille étant indésirable, on dira d’une fille: « c’est un garçon manqué », mais jamais d’un garçon : « c’est une fille manquée ». […] Et pourquoi le mot garce, féminin on ne peut plus honnête de gars, employé au Moyen-Âge sans aucune connotation péjorative, a-t-il pris, à partir du XVIe siècle, le sens de fille de mauvaise vie, puis de chameau, de chipie, de chienne?


ARTICLES LIÉS

Avis lecture: Les filles en série : Des Barbies aux Pussy Riot, Martine Delvaux
Avis lecture: Les filles en série : Des Barbies aux Pussy Riot, Martine Delvaux
Découvrez un extrait du chapitre « La nécromancienne, la maléfique » du livre Sorcières! Le sombre grimoire du féminin de Julie Proust Tanguy.
Extrait : les Sorcières! de Julie Proust Tanguy
Foutre en l’air la langue des petits hommes : Essai sur la langue française en tant que construction patriarcale
Foutre en l’air la langue des petits hommes : Essai sur la langue française en tant que construction patriarcale

1 réflexion au sujet de “Extrait : la « fille » selon Marina Yaguello dans Les filles en série de Martine Delvaux”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s