Featured Image Analyse d'extrait L'annexe Catherine Mavrikakis
Analyse de texte, Catherine Mavrikakis, Extrait, Héliotrope, L'annexe, Littérature générale, Littérature québécoise, Littératures de l'imaginaire

Celestino et Anna, comme chien et chat : analyse d’un extrait de L’annexe de Catherine Mavrikakis

L’annexe de Catherine Mavrikakis

L’annexe Catherine Mavrikakis
MAVRIKAKIS, Catherine, L’annexe, Montréal, Héliotrope, 2019, 244 p.

Quand elle n’est pas en mission à Londres, Tripoli ou Tel Aviv, Anna aime retourner à Amsterdam, dans l’annexe secrète où la famille d’Anne Frank a tenté d’échapper à l’horreur nazie. Durant un de ses pèlerinages là-bas, l’espionne se rend compte qu’elle est suivie. Promptement, l’organisation se charge de l’exfiltrer dans une maison de protection, dont on lui cache à dessein le lieu. C’est là qu’Anna fait la connaissance de Celestino, un fou de littérature. L’homme fantasque veille sur elle et sur les huit autres membres qui forment l’insolite communauté de cette nouvelle annexe. Entre Anna et lui s’amorce alors un dangereux pas de deux.

Se procurer L’annexe de Catherine Mavrikakis


Extrait

À cause de la chaleur, je m’étais encore une fois étendue sur le lit sans le défaire. Moi aussi, je prenais de sales habitudes. Moortje, qui s’était installé à mes pieds plus tôt et qui avait fait comme moi une petite sieste, détala à vive allure. Lola se mit à aboyer et à courir après le chat, qui s’était faufilé entre les jambes de Celestino. Elle ne fut pas longue à revenir auprès de son maître. Paresseuse, elle n’allait pas pourchasser Moortje à travers l’Annexe. Celestino, lui, jetait sur mon corps allongé, le contenu des sacs remplis de vêtements qu’il venait de m’acheter. C’était un réveil brutal. Il me lança à travers quelques pulls colorés : « Mais qu’est-ce que tu fais avec cette sale bête… Fous-la dehors… Je te sors de ton sommeil, ma belle au bois dormant? J’espère que tu faisais de beaux rêves! Tu es folle de dormir avec ce truc à poils et à puces. Elle entre et elle sort comme elle veut, celle-là, je ne sais pas d’où elle vient! Je lui saupoudrerais bien du poison dans sa nourriture si je n’avais pas peur de tuer ma Lola qui bouffe tout ce qui traîne. Une vraie gourmande et pourtant elle garde sa taille de guêpe. Comme toi… Si jamais ce chat fait du mal à Lola, je l’étrangle de mes propres mains… Ne la laisse plus dans ta chambre, elle a sûrement la gale… C’est une malpropre. Et puis, Lola serait jalouse. Tu ne vas pas la délaisser pour un chat lépreux qui a sûrement contracté la leucémie, ou pire encore. Il traîne partout… […] Toi, je ne veux pas que tu t’attaches à ce machin rempli de maladies… Ne le laisse pas monter sur le lit, au moins… » (p. 137-139)

Comme chien et chat

Comme Lola et Moortje

L’expression « comme chien et chat » désigne métaphoriquement « deux personnes qui sont en conflit perpétuel[1] ». Dans l’imaginaire commun, le chien et le chat sont perçus comme des opposés, et pour cette raison sont présumés incapables de s’entendre. Cette conception est mise en scène de façon littérale par l’entremise du chien poursuivant le chat :

Moortje, qui s’était installé à mes pieds plus tôt et qui avait fait comme moi une petite sieste, détala à vive allure. Lola se mit à aboyer et à courir après le chat, qui s’était faufilé entre les jambes de Celestino. Elle ne fut pas longue à revenir auprès de son maître. Paresseuse, elle n’allait pas pourchasser Moortje à travers l’Annexe.

Comme Celestino et Anna

À un autre niveau, on peut voir en Lola et Moortje, dans ce moment précis, des avatars de Celestino et d’Anna. Lola est la chienne de Celestino; Moortje est le chat errant qu’Anna a pris en affection et nommé comme le chat d’Anne Frank, à laquelle elle s’identifie fortement. Ainsi, si Lola est hostile envers Moortje, on peut supposer que les intentions de l’hôte de l’Annexe envers l’agente secrète sont plus ou moins pures.

Cette idée est renforcée par l’animosité excessive de Celestino pour la chatte qui « [se] faufil[e] entre [s]es jambes » et « entre et […] sort comme elle veut ». Non seulement le fou de littérature admet ouvertement vouloir tuer la chatte (« Je lui saupoudrerais bien du poison dans sa nourriture »; « Si jamais ce chat fait du mal à Lola, je l’étrangle de mes propres mains… »), mais il n’est également pas avare d’insultes : « sale bête »; « truc à poils et à puces »; « elle a sûrement la gale »; « une malpropre »; « chat lépreux »; « a sûrement contracté la leucémie, ou pire encore »; « machin rempli de maladies ».

*Le reste de l’analyse discute certains éléments clés de l’histoire, sans entrer toutefois dans les détails du comment et du pourquoi. À lire à vos risques et périls.

Les événements du roman tendent à confirmer mon hypothèse. Outre le fait que Celestino a réellement de mauvaises intentions envers Anna, on constate rétrospectivement que l’extrait comporte des indices quant au dénouement du récit. Celestino attentera à la vie d’Anna en empoisonnant sa nourriture, comme il avait pensé le faire pour le chat. Qui plus est, de la même manière que Moortje échappe à Lola dans cette scène, l’espionne l’emportera sur l’hôte de l’Annexe au final.

[1] Wikitionnaire, « comme chien et chat », <https://fr.wiktionary.org/wiki/comme_chien_et_chat> (page consultée le 24 août 2019).


ARTICLES LIÉS

L’annexe, paru le 28 août 2019 chez Héliotrope, est le dernier roman en date de Catherine Mavrikakis. L’auteure québécoise y prend pour point de départ le roman d’espionnage et le déconstruit. Avis lecture sur lilitherature.com.
Avis lecture: L’annexe, Catherine Mavrikakis
Pour souligner sa parution en ce mercredi 7 août 2019, découvrez un extrait de L'enlèvement de Damien Blass où l'auteur québécois met en scène son propre roman à travers un jeu vidéo fictif, Space Breakout. Le passage est accompagné d'une brève analyse.
Space Breakout : mise en scène du roman L’enlèvement dans L’enlèvement de Damien Blass
Découvrez un extrait du roman Le Parfum de l'auteur allemand Patrick Süskind, le tout accompagné d'une analyse.
Extrait : l’incipit du roman Le Parfum de Patrick Süskind

1 réflexion au sujet de “Celestino et Anna, comme chien et chat : analyse d’un extrait de L’annexe de Catherine Mavrikakis”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s