Articles récents

Book Review: Les Scarifiés, China Miéville
90 day challenge, Auteur masculin, Auteur(e)s préféré(e)s, Avis lecture, best-of-fantasy, Book Review, Book Serie: Bas-Lag, China Miéville, Chronique livresque, Fantasy, Les, Les Scarifiés (The Scar), Littérature anglaise, Littératures de l'imaginaire, Macmillan, Paralittérature, Perdido Street Station, Pocket, Rating 5 étoiles

Book Review: Les Scarifiés, China Miéville

Second roman situé dans l’univers de Bas-Lag, Les Scarifiés peut néanmoins être lu indépendamment. Réitérant l’exploit accompli avec Perdido Street Station, China Miéville s’impose une nouvelle fois comme une figure majeure de ce nouveau courant littéraire que l’on appelle « new weird ».

Book Review: Hollywood et la politique, Claude Vaillancourt
90 day challenge, Auteur masculin, Avis lecture, Écosociété, Book Review, Chronique livresque, Cinéma, Claude Vaillancourt, Hollywood et la politique, Littérature québécoise, Non-fiction, Rating 3 étoiles

Book Review: Hollywood et la politique, Claude Vaillancourt

Hollywood et la politique de Claude Vaillancourt traite du cinéma américain sous un angle politique. Il s'agit d'un ouvrage de non-fiction tout public, mais non indispensable.

Du roman Le liseur de Bernhard Schlink au film de Stephen Daldry : une adaptation fidèle dans son essence
90 day challenge, Analyse de texte, Auschwitz, Auteur masculin, Autobiographie, Avis lecture, Bernhard Schlink, Classiques, Du livre à l'écran, Gallimard, Le liseur, Littérature allemande, Littérature étrangère, Littérature générale, Rating 2 étoiles, Stephen Daldry

Du roman Le liseur de Bernhard Schlink au film de Stephen Daldry : une adaptation fidèle dans son essence

L’adaptation cinématographique de roman autobiographique tel que Le liseur de Bernhard Schlink s’avère toujours un défi. Malgré tout, le réalisateur Stephen Daldry choisit de tenter une adaptation fidèle avec le film The Reader (2008).

L’’influence du dispositif rythmique et du travail d’interprétation sur la vitesse de lecture : étude de Je me souviens de Georges Perec et de Fashionably Tales de Marc Antoine K. Phaneuf
90 day challenge, Analyse de texte, Auteur masculin, Densité langagière, Dispositif rythmique, Fashionably Tales : une épopée des plus brillants exploits, Formes brèves, Georges Perec, Hachette, Intertextualité, Je me souviens, Le Quartanier, Lecture, Littérature française, Littérature générale, Littérature québécoise, Marc-Antoine K. Phaneuf, Poésie, Ponctuation, Registres de langue, Travail d'interprétation, Vitesse de lecture

L’influence du dispositif rythmique et du travail d’interprétation sur la vitesse de lecture : étude de Je me souviens de Georges Perec et de Fashionably Tales de Marc Antoine K. Phaneuf

Quand on s'intéresse au travail de lecture, l’étendue, c’est-à-dire la longueur d’un texte, n’est qu’une variable parmi d’autres à considérer. Deux autres variables auxquelles on doit s'attarder sont le dispositif rythmique et le travail d'interprétation. Nous illustrerons comment ces critères influencent la vitesse du travail de lecture, d’abord en nous appuyant sur Je me souviens de Georges Perec, puis sur Fashionably Tales de Marc-Antoine K. Phaneuf.

Book Review: L’Enfant des Mondes Assoupis, Yves Meynard
90 day challenge, Alire, Auteur masculin, Avis lecture, Book Review, Chronique livresque, L'Enfant des Mondes Assoupis, Littérature québécoise, Littératures de l'imaginaire, Nouvelles (short stories), Paralittérature, Rating 3 étoiles, SF, Yves Meynard

Book Review: L’Enfant des Mondes Assoupis, Yves Meynard

L’Enfant des Mondes Assoupis d'Yves Meynard est un recueil de huit nouvelles de science-fiction. Si mon avis sur l'ensemble est plutôt partagé, j'admire néanmoins la facilité avec laquelle l'auteur québécois nous fait miroiter des univers enchanteurs.

Les plans de Lilith pour le Salon du livre de Montréal 2018
90 day challenge, Actualité littéraire, Alire, Alto, Ariane Gélinas, Ça va aller, Édition, Édition 2.0, Élisabeth Vonarburg, Bibliothèque québécoise, Bloody Mary, Brins d'éternité, Catherine Mavrikakis, Ce qui restera, Chrysanthe: La Princesse perdue, Cruauté du jeu, Dominic Bellavance, Essais & articles, Féminisme, France Théoret, Héliotrope, Horizons imaginaires, La Peuplade, Le ciel de Bay City, Le théâtre de Dieu, Lecteurs, Leméac Éditeur, Les Écrits des Forges, Les Herbes rouges, Les Six Brumes, Littérature générale, Littérature jeunesse, Littérature québécoise, Littératures de l'imaginaire, Nous parlerons comme on écrit, Oscar de Profundis, Paralittérature, Poésie, Québec Amérique, Salon du livre de Montréal, Simon Boulerice, TYPO Éditeur, XYZ, Yves Meynard

Les plans de Lilith pour le Salon du livre de Montréal 2018

Après plusieurs années où le sort s’est acharné contre moi, je suis enfin parvenue à me libérer pour le Salon du livre de Montréal, qui aura lieu du 14 au 19 novembre 2018. Voici mes plans.

Book Review: Six of Crows, Leigh Bardugo
90 day challenge, Auteure féminine, Avis lecture, Éditions Milan, Book Review, Chronique livresque, Fantasy, Grishaverse, Leigh Bardugo, Littérature américaine, Littératures de l'imaginaire, Macmillan, Paralittérature, Rating 3 étoiles, Six of Crows, Young Adult

Book Review: Six of Crows, Leigh Bardugo

Six of Crows de Leigh Bardugo est le premier tome de la duologie de fantasy éponyme située dans le Grishaverse. Il s'agit d'un page-turner incroyablement efficace et d'une lecture très divertissante.

À toi, pour toujours, ta Marie-Lou de Michel Tremblay : la Grande Désillusion après la Grande Noirceur
90 day challenge, Actes Sud, Analyse de texte, Auteur masculin, Avis lecture, À toi, pour toujours, ta Marie-Lou, Book Review, Chronique livresque, Classiques, Essai, Essais & articles, Grande Noirceur, Joual, Leméac Éditeur, Littérature québécoise, Michel Tremblay, Rating 3 étoiles, Théâtre, Tragi-comédie

À toi, pour toujours, ta Marie-Lou de Michel Tremblay : la Grande Désillusion après la Grande Noirceur

À toi, pour toujours, ta Marie-Lou (1972) de Michel Tremblay est une métaphore du Québec à l’aube de l’Affirmation nationale, c'est-à-dire qu'on a du mal à tirer un trait sur la Grande Noirceur. Les personnages, désillusionnés, sont mis en scène dans un drame familial qui va crescendo jusqu’au bouquet final.