SLM2018: Lectures les agitatrices. Des auteur.e.s lisent les livres féministes qui les ont formé.e.s et libéré.e.s
90 day challenge, Actualité littéraire, David Bouchet, Diane Lamoureux, Emmelie Prophète, Essais & articles, Féminisme, Héliotrope, Henri de ses décors, Kevin Lambert, King Kong Théorie, La pensée féministe noire, La Peuplade, La Vie matérielle, Laurance Ouellet Tremblay, Lecture, les éditions du remue-ménage, Littérature générale, Littérature québécoise, Manikanetish, Marguerite Duras, Mémoire d'encrier, Naomi Fontaine, Olivia Tapiero, Patricia Hill Collins, Phototaxie, Querelle de Roberval, Salon du livre de Montréal, SCUM Manifesto, SLM2018, Soleil, Tu aimeras ce que tu as tué, Un ailleurs à soi, Valerie Solanas, Virginie Despentes

SLM2018: Lectures les agitatrices. Des auteur.e.s lisent les livres féministes qui les ont formé.e.s et libéré.e.s

J’ai assisté aux « Lectures les agitatrices » où « Des auteur.e.s lisent les livres féministes qui les ont formé.e.s et libéré.e.s » lors de ma journée au Salon du livre de Montréal 2018. Était invité(e)s les auteur(e)s suivant(e)s : David Bouchet, présent au Salon pour son roman Soleil ; Naomi Fontaine, pour Manikanetish ; Kevin Lambert, pour Querelle de Roberval ; Diane Lamoureux, pour la traduction de La pensée féministe noire ; Laurance Ouellet Tremblay, pour Henri de ses décors ; Emmelie Prophète, pour Un ailleurs à soi ; et Olivia Tapiero, pour Phototaxie. Découvrez les oeuvres choisies et les extraits lus.

Foutre en l’air la langue des petits hommes : Essai sur la langue française en tant que construction patriarcale
90 day challenge, Auteure féminine, Beatriz Preciado, Bloody Mary, Essai, Essais & articles, Féminisme, France Théoret, Judith Butler, King Kong Théorie, Langue, Le Deuxième sexe, Littérature française, Littérature québécoise, Michel Foucault, Mise en page, Monique Wittig, Poésie, Queer Studies, Simone de Beauvoir, Teresa De Lauretis, Virginie Despentes

Foutre en l’air la langue des petits hommes : Essai sur la langue française en tant que construction patriarcale

La langue française est sexiste. Pourquoi sinon le masculin l’emporte toujours invariablement sur le féminin dans la grammaire? Parce que le langage, tout comme le sexe, est une construction de la société et que cette société est patriarcale et par conséquent sexiste. Et c'est la raison pour laquelle il faut foutre en l'air la langue des hommes.