Les plans de Lilith pour le Salon du livre de Montréal 2018
90 day challenge, Actualité littéraire, Alire, Alto, Ariane Gélinas, Ça va aller, Édition, Édition 2.0, Élisabeth Vonarburg, Bibliothèque québécoise, Bloody Mary, Brins d'éternité, Catherine Mavrikakis, Ce qui restera, Chrysanthe: La Princesse perdue, Cruauté du jeu, Dominic Bellavance, Essais & articles, Féminisme, France Théoret, Héliotrope, Horizons imaginaires, La Peuplade, Le ciel de Bay City, Le théâtre de Dieu, Lecteurs, Leméac Éditeur, Les Écrits des Forges, Les Herbes rouges, Les Six Brumes, Littérature générale, Littérature jeunesse, Littérature québécoise, Littératures de l'imaginaire, Nous parlerons comme on écrit, Oscar de Profundis, Paralittérature, Poésie, Québec Amérique, Salon du livre de Montréal, Simon Boulerice, TYPO Éditeur, XYZ, Yves Meynard

Les plans de Lilith pour le Salon du livre de Montréal 2018

Après plusieurs années où le sort s’est acharné contre moi, je suis enfin parvenue à me libérer pour le Salon du livre de Montréal, qui aura lieu du 14 au 19 novembre 2018. Voici mes plans.

De la Vierge Mary à la femme-arbre dans Va savoir de Réjean Ducharme
90 day challenge, Analyse de texte, Auteur masculin, Classiques, Féminisme, Gallimard, Littérature générale, Littérature québécoise, Rating 4 étoiles, Réjean Ducharme, Sociocritique, Va savoir

De la Vierge Mary à la femme-arbre dans Va savoir de Réjean Ducharme

À travers le personnage de Mary, Réjean Ducharme, dans Va savoir, subvertit la conception patriarcale de la figure féminine en utilisant la métaphore végétale pour détourner la représentation chrétienne du féminin.

Foutre en l’air la langue des petits hommes : Essai sur la langue française en tant que construction patriarcale
90 day challenge, Auteure féminine, Beatriz Preciado, Bloody Mary, Essai, Essais & articles, Féminisme, France Théoret, Judith Butler, King Kong Théorie, Langue, Le Deuxième sexe, Littérature française, Littérature québécoise, Michel Foucault, Mise en page, Monique Wittig, Poésie, Queer Studies, Simone de Beauvoir, Teresa De Lauretis, Virginie Despentes

Foutre en l’air la langue des petits hommes : Essai sur la langue française en tant que construction patriarcale

La langue française est sexiste. Pourquoi sinon le masculin l’emporte toujours invariablement sur le féminin dans la grammaire? Parce que le langage, tout comme le sexe, est une construction de la société et que cette société est patriarcale et par conséquent sexiste. Et c'est la raison pour laquelle il faut foutre en l'air la langue des hommes.