Featured Image Miroir brisé La Minotaure Mariève Maréchale
Avis lecture, Éditions Triptyque, Best of: littérature générale, defilitqc, La Minotaure, Langue, LGBTQ+, Littérature générale, Littérature québécoise, Littérature queer, Mariève Maréchale, Rating 4 étoiles

Avis lecture: La Minotaure, Mariève Maréchale

La Minotaure est le premier roman de Mariève Maréchale et de la collection « Queer » des Éditions Triptyque. Le personnage principal – la Minotaure – s’y raconte en écrivant à Maude, son amie décédée.

When the Moon Was Ours est un roman Young Adult de réalisme magique. Plus encore, il s'agit d'un conte de fées moderne. Anna-Marie McLemore y met en scène des personnages à son image: queer et LatinX.
Anna-Marie McLemore, Auteure femme, Avis lecture, Contes, Fantasy, LGBTQ+, Littérature américaine, Littérature queer, Littératures de l'imaginaire, Rating 3 étoiles, Réalisme magique, Thomas Dunne Books, When the Moon Was Ours

Avis lecture: When the Moon Was Ours, Anna-Marie McLemore

When the Moon Was Ours est un roman Young Adult de réalisme magique. Plus encore, il s'agit d'un conte de fées moderne. Anna-Marie McLemore y met en scène des personnages à son image: queer et LatinX.

La langue française est sexiste. Pourquoi sinon le masculin l’emporte toujours invariablement sur le féminin dans la grammaire? Parce que le langage, tout comme le sexe, est une construction de la société et que cette société est patriarcale et par conséquent sexiste. Et c'est la raison pour laquelle il faut foutre en l'air la langue des hommes.
90 day challenge, Analyse de texte, Études littéraires, Beatriz Preciado, Bloody Mary, Féminisme, France Théoret, Judith Butler, King Kong Théorie, Langue, Le Deuxième sexe, Littérature française, Littérature québécoise, Michel Foucault, Mise en page, Monique Wittig, Poésie, Queer Studies, Simone de Beauvoir, Teresa De Lauretis, Virginie Despentes

Foutre en l’air la langue des petits hommes : Essai sur la langue française en tant que construction patriarcale

La langue française est sexiste. Pourquoi sinon le masculin l’emporte toujours invariablement sur le féminin dans la grammaire? Parce que le langage, tout comme le sexe, est une construction de la société et que cette société est patriarcale et par conséquent sexiste. Et c'est la raison pour laquelle il faut foutre en l'air la langue des hommes.